Introduction

Ex-consommatrice de pointe qui s'éveille aux joies de la simplicité volontaire et essaie de retrouver au quotidien un lien avec la nature et une douce décroissance, je partage principalement ici mes découvertes et repérages, des bouts de cheminement et mes lectures.

26 mai 2008

Les parfums me montent au nez

J'essaie généralement de ne pas balancer de messages sur ce blog sans avoir fait au moins un minimum de recherche, savoir de quoi je parle, etc. Mais là, c'est le coup de gueule, parce que je n'en peux plus. Je ne supporte plus les parfums, ça finit par me rendre aggressive! Certes, j'ai un odorat très sensible, certes je suis déshabituée puisque je n'utilise plus que produits naturels (oui, oui, j'en reparlerai!), mais quand même...

Déjà "avant" d'ouvrir les yeux et de modifier mes habitudes, j'ai toujours eu de la peine avec les parfums dont s'asperge la majorité des femmes et de plus en plus d'hommes. J'en mettais, de ce genre de parfum, mais toujours parmi les plus légers, les plus frais. Les parfums lourds et capiteux, très peu pour moi. Traverser le rayon parfumerie a toujours été une épreuve. Désormais, même passer devant un magasin de parfums requiert une préparation pour marcher en apnée le temps de se retrouver à l'abri. Prendre le tram ou le métro devient de plus en plus difficile à vivre...

Je pensais que cette sensibilité se limitait aux overdoses: le magasin qui dégage des effluves par kilos, les personnes à la main lourde qui s'envoient un tiers de flacon plusieurs fois par jour, etc. Mais depuis quelques temps je constate que c'est partout et tout le temps. J'ai commencé à remarquer cela l'année passée en empruntant une serviette qui avait bénéficié d'un assouplissant traditionnel, cela m'a immédiatement piqué le nez. Puis il y a quelques mois mon frère et sa copine sont passés nous rendre visite, et après leurs douches je n'ai pas supporté de passer devant ma propre salle de bain pendant une heure d'aération... et là j'ai compris à quel point je n'avais plus l'habitude, et que probablement avant j'envoyais les mêmes effluves dans tout l'appartement à chaque lavage. Le choc.

Ce qui n'aide pas, c'est que j'ai arrêté de fumer (oui, oui, ça aussi j'en reparlerai!) en février, et que mon odorat s'est encore plus développé. Je n'ai donc pas fini d'en sentir de toutes les couleurs, et d'en souffrir au quotidien... Alors s'il vous plaît, un petit geste, arrêtez les parfums ajoutés partout et tout le temps!

3 commentaires:

Hermanye a dit…

Alors là, je te rejoins complètement ! Après le passage de mon frère dans la salle de bains, je suis obligée d'ouvrir la fenêtre en grand avant d'y aller à mon tour. Je préfère avoir froid que de respirer ça.
De même, j'ai essayé il y a quelques temps un parfum. Après avoir passé la matinée à éternuer, j'ai dû aller me relaver !! Même chose avec un déo. Quelque part, je trouve ça bien que mon corps réagisse, ça m'évite d'utiliser n'importe quoi. Et c'est de plus en plus vrai depuis que j'utilise des produits naturels.

Guernouille de Bé a dit…

Les gens ne peuvent plus se sentir...Ils ne supportent pas leur propre odeur et non plus celles des autres.

dieudeschats a dit…

Je compatis. Il est extrêmement rare que je me parfume... et l'assouplissant, c'est du "neutre" versé au dé à coudre, parce que ça m'agressait pareillement.
Sinon moi c'est l'odeur des gaz d'échappement des véhicules au diesel que je ne supporte plus. Je veux dire, ça n'a jamais été agréable, mais là... j'agonise !!